• Château Lafon-Rochet

    Château

    Lafon-Rochet

    L’origine de cette propriété remonte au XVIIème siècle et s’étend sur une quarantaine d’hectares situés entre Lafite-Rothschild et Cos d’Estournel. Racheté puis replanté en 1959 par M. Tesseron, c’est son fils Michel Tesseron qui l’a amené au firmament en s’y investissant complètement. Aujourd’hui, ce cru produit des Saint-Estèphe opulent qui sont parmi les plus harmonieux de l’appellation. Le domaine est réputé avoir des performances bien au delà de son classement. 

  • Château Smith Haut Lafitte

    Château

    Smith Haut Lafitte

    Au XVIIIème siècle, le navigateur écossais Georges Smith s'installe dans cette propriété. Lui succèderont M. Duffour-Dubergier, maire de Bordeaux ; Louis Eschenauer, grande figure du négoce bordelais et enfin Daniel et Florence Cathiard qui sont les derniers propriétaires. Ils ont restauré la tour du XVIème siècle, rénové la chartreuse du XVIIIéme siècle, réaménagé 2 chais souterrains, repris le travail du sol traditionnel, supprimé les désherbants et intégré leur propre tonnellerie. L’élégance exemplaire et l’équilibre ample et structuré des vin blancs et rouges de Smith Haut Lafitte sont aujourd’hui unanimement reconnu et justifie cette passion pour la qualité totale.

  • Château La Tour Blanche

    Château

    La Tour Blanche

    Le domaine de La Tour Blanche fut fondé dans le dernier quart du 18e siècle par Monsieur de Latour Blanche, écuyer conseiller au Parlement de Bordeaux, qui lui donna son nom. Puis, pendant la Révolution, c’est Monsieur Pierre Pécherie qui en fut le propriétaire. A celui-ci succéda en 1815 Monsieur Frédéric Focke, qui pourrait avoir été à l’origine des vins liquoreux de Sauternes. Car lorsqu’il prend possession de la propriété, cet allemand étudie les caractéristiques du terroir et décide d’y appliquer la technique des vendanges tardives pratiquée dans son pays d’origine. C’est alors que son attente ne lui apporta pas les gelées, mais plutôt la fameuse Pourriture Noble, désormais indispensable à la production des vins de Sauternes.

  • Château Labégorce Margaux

    Château

    Labégorce Margaux

    L’industriel Hubert Perrodo, aujourd’hui décédé, avait acquis le château Labégorce en 1989, puis le Château de l’Abbé Gorsse de Gosse en 2002, et enfin le château Labégorce Zédé en 2005. Les héritiers d’Hubert Perrodo accomplissent aujourd’hui son vœu : réunifier ces trois domaines (qui ne faisaient qu’un avant la Révolution) en une seule entité qui couvre 70 hectares.

  • Château Haut Condissas

    Château

    Haut Condissas

    Cette propriété est issue d’une sélection micro parcellaire des meilleurs terroirs du domaine Rollan de By. Rappelons que ce domaine crée en 1989 est devenue en moins de 20 ans un des meilleurs Cru bourgeois du Haut Médoc. Jean Guyon, propriétaire, assisté dans son travail par Ricardo Cotarella, œnologue dont la réputation n’est plus à faire, ont mis en place une viticulture soignée et des principes de vinification où tout est mis en œuvre pour obtenir un fruité éclatant, une belle concentration aromatique et des tanins mures.

  • Château Valandraud

    Château

    Valandraud

    Jean-Luc Thunevin est devenu "une star" du monde du vin en moins d'une décennie grâce à son très célèbre "vin de garage" le Château Valandraud. Grâce à sa passion pour le vin, il réalise son vœu avec le premier millésime en 1991 de Château Valandraud. Cette année marque le début d'une formidable aventure et d'une réussite fulgurante. Il devient alors l'inspirateur et l'initiateur de nombreux autres vins de garage. Toutes ces micro-cuvées issues de faibles rendements produisent des vins concentrés. Créé en 1992 en tant que second vin, Virginie de Valandraud a depuis lors conquis ses "lettres de noblesse" pour devenir dès 1997 une cuvée à part entière issue de vignobles allant au-delà de ceux de Valandraud.